theatre jeunesse
Auteur : perdre du temps pour faire respecter ses droits... Etre joué oui mais être payé est nécessaire pour vivre !

Etre joué à l'étranger est naturellement un honneur.
Etre à l'affiche d'un festival avec Georges Feydeau, Charles Perrault, Anatole France ou Marcel Aymé, procure naturellement une certaine joie.

La fille aux 200 doudous fut à l'affiche du XVIIème FESTIVAL DE THÉÂTRE FRANCOPHONE AMATEUR de Minsk, en Biélorussie.
Une pièce jouée par la troupe « Point de vue. »
En mai 2010.
Ce festival est organisé par l'ambassade de France en Biélorussie.
Mais je n'ai pas touché un centime de droits d'auteur.
J'aurais même dû donner mon accord avant la représentation...
Certes, ce n'est pas la seule fois que La fille aux 200 doudous fut ainsi jouée ! Quasi clandestinement.
Quand il s'agit, comme en 2008, d'une école à Madagascar (La Clairefontaine Ambodivoanjo Ecole Primaire de Tananarive) je pourrais comprendre l'absence de paiement (même si des droits d'une valeur symboliques auraient été appréciés, pour marquer le respect dû à un dramaturge) s'il s'agissait d'une école purement locale mais une école française bénéficiant sûrement d'un subventionnement de l'Etat français avec peut-être des profs français expatriés...

Donc à chaque fois que vous jouez une pièce sans en demander l'autorisation... ça finit "parfois" par se savoir !
Le mieux est quand même de signer un contrat... comme la législation l'exige d'ailleurs...
En France, j'ai trouvé 4 mises en scène sans demande d'autorisation.
Les demandes de régularisations ont été envoyées...


A lire aussi :

1) La dernière révolte des bourdons

2) L écrivain vu à la télé

4) Nathan et les fées



Accueil auteur théâtre jeunesse et Révélations sur la disparition du père Noël


Le contact auteur





Auteur perdre du temps pour faire respecter ses droits

auteurtheatre.net : 25 pièces de théâtre

Texte pour troupes féminines...

Vous abonner à la chaîne théâtrale et autres curiosités :